mardi 24 septembre 2013

Maîtrise d'ouvrage de serious game, un rôle sérieux !

Face au foisonnement de l'offre et à la portée croissante du serious game, la maitrise d'ouvrage doit recourir aux pratiques éprouvées de management de système d'information : design management et architecture de système.

L'article en cinq mouvements de pensée : 

Auteur : Tru Dô-Khac

Note de l'auteur :

Détail de l'architecture de serious game évoqué dans l'article

Sortie officielle : Le Cercle Les Echos

Références (accès en deux clics via ce site) :

[1]Culture Acte II, quels débats pour l'entreprise en B2B ? Le Cercle Les Echos
[2] Le modèle d'affaires numériques "V760" sur L'entreprise numérique créative, 13 février 2013.
[3] L’X premier établissement français à rejoindre Coursera, le 22 février 2013, Frank Pacard, École polytechnique.
[4] Leserious game, un instrument innovant de Design management ? Tru Dô-Khac , Le Cercle Les Echos, 25 mars 2013
[5] Qu'est ce que le "design management"? Ch. Chaptal de Chanteloup, Le Cercle Les Echos, 25 juillet 2012
[6] Le"design management" pour innover en entreprise, Tru Dô-Khac, Le Cercle Les Echos, 7 mais 2013
[7] Le Serious game implique une réorganisation des écosystèmes, Julian Alvarez et e-virtuoses, Le Cercle Les Echos, 4 juin 2013
[8]  Plateforme technologique de serious game, modèle d'affaires numériques "V720", L'entreprise numérique créative, 24 septembre 2013.

Mots clefs thématiques :

Intelligence collective :

Régime d'utilisation :
  • Extraits en accès libre, gracieux et immédiat : sur ce site
  • Reproduction permanente ou temporaire sur réseau social d'entreprise/intranet avec accompagnement professionnel dédié : sous conditions commerciales (contact : Dô-Khac Decision)
  • Autre cas : déterminés par le Code de la propriété intellectuelle, notamment L 122-5.
  • L'accès public à cet article est gracieux. Si vous souhaitez le "privatiser" au delà de ce que permet la L 122-5 notamment en en représentant tout ou partie dans un cercle privé (intranet ou réseau social d'entreprise, d'association,...), merci de prendre contact préalablement.
Libre : pas d'obligation de déclaration préalable de l'identité et coordonnées du lecteur
Gracieux : pas de contribution financière demandée
Immédiat : un seul clic

 
Maîtrise d'ouvrage de serious game, un rôle sérieux !

Face au foisonnement de l'offre et à la portée croissante du serious game, la maitrise d'ouvrage doit recourir aux pratiques éprouvées de management de système d'information : design management et architecture de système.

Un serious game, – littéralement jeu sérieux –, est un jeu sur support numérique à des fins pédagogiques, commerciales, professionnelles ou d'entreprise, ou même, à des fins politiques.
 
Foisonnement de l'offre
Dans un premier temps, la finalité d'un serious game a surtout été l'apprentissage, et son support, des technologies vidéo sur ordinateur de bureau mettant en scène des personnages au graphisme plus ou moins élaboré. Aujourd'hui, la rencontre entre la création, la culture, les médias, l'enseignement et les technologies numériques donne lieu à un foisonnement de services numériques qui peuvent, étymologiquement parlant, se réclamer du serious game [1].

Ainsi, la lecture du programme d'une exposition "eLearning" ou "Serious game" fera ressortir la richesse des appellations créées par différents acteurs pour différencier leurs offres : "serious play", simulation technique, réalité virtuelle, "open blended learning" [2], "mobile learning", "learning Apps", jeu d'entreprise, "learning games", jeux de rôles professionnels, théâtre d'entreprise, "social learning", "massive open online course" [3]…

Aux frontières de cet ensemble, citons le poker, une activité très sérieuse pour certains professionnels… 
 
Un instrument de design management
Souvent destiné à la formation et l'apprentissage, le serious game ne porte pas d’intention stratégique particulière. Mais, destiné aux collaborateurs d'une même entreprise, le serious game peut aller au-delà de développement des compétences individuelles et adresser la transformation de l'entreprise elle-même : le serious game est alors un instrument de design management [4].

Dans cette perspective, un serious game doit

  • Porter le dessein et le dessin de l'entreprise [5], 
  • Ancrer son contenu dans les connaissances et expériences antérieures de l'entreprise et, à l'heure de l'Open Innovation [6], d'origines tierces, 
  • Pouvoir évoluer au gré des retours d'expérience et des nouveaux besoins, 
  • Être accompagné par des produits dérivés (Apps mobiles, réseaux sociaux d'entreprise…), 
  • Pouvoir se déployer en différents milieux (bureau, itinérance…), 
  • Pouvoir moduler la configuration technologique (graphisme, signature sonore, interactivité, "device support"…) en fonction des effets recherchés, mais aussi du budget et des délais alloués, 
  • Pouvoir s'intégrer à moindre coût, en tout ou partie, dans les environnements technologiques opérationnels existants (gestion ressources humaines, social marketing…).

Un système d'information
Originalement simple portage d'un contenu pédagogique sur une technologie video pour ordinateur, le serious game devient un système intégré au système d'information de l'entreprise (SI).

Dès lors, les pratiques de gestion d'un serious game empruntent à celles d'une bonne gestion de projet SI, mais avec une attention toute particulière à la conduite du changement [7].

Du côté de la technique, il faut aller au-delà de l'ingénierie de technologies propres au serious game et concevoir une architecture de système numérique d'entreprise [8].

On pourra ainsi considérer une architecture en trois couches : la couche supérieure porte l'expérience utilisateur (parcours, situation, problème, question…) ; la couche intermédiaire adresse le moteur du serious game (animation, personnages, matériel ludique, matériel pédagogique, décors...) ; enfin, dans la couche inférieure, on trouvera les "connaissances" que l'entreprise entend mobiliser : interviews, vidéos, bases de données, articles, discussions sur réseau social numérique, enquêtes, infographies, manuels… 

[1] Culture Acte II, quels débats pour l'entreprise numérique créative en BtoB ? Tru Dô-Khac, 13 septembre 2012, Le Cercle Les Échos.

[2] Le modèle d'affaires numériques "V760" sur L'entreprise numérique créative, 13 février 2013.

[3] L’X premier établissement français à rejoindre Coursera, le 22 février 2013, Frank Pacard, École polytechnique.

[4] Le serious game, un instrument innovant de Design management ? Tru Dô-Khac , 25 mars 2013, Le Cercle Les Échos.

[5] Qu'est-ce que le "design management" ? Ch. Chaptal de Chanteloup, 25 juillet 2012, Le Cercle Les Échos.

[6] Le "design management" pour innover en entreprise, Tru Dô-Khac 7 mai 2013, Le Cercle Les Échos.

[7] Le Serious game implique une réorganisation des écosystèmes Julian Alvarez et e-virtuoses, 4 juin 2013, Le Cercle Les Échos.

[8] Plateforme technologique de serious game, modèle d'affaires numériques "V720", L'entreprise numérique créative, 24 septembre 2013.

Trophée innovation numérique 2015

Le Trophée IT Innovation Forum catégorie Enterprise Mobility / Collaboratif a été décerné à l'innovation frugale Personal MOOC par le vote des quelques 200 membres du Club des Responsables d'Infrastructure et de Production (CRIP) lors de l'IT Innovation Forum du 27 janvier.
Communiqué sur le site de Dô-Khac Decision